img_Pensée_du_jour

« Tu soutiens mon droit et ma cause. » Psaume 9.5

« L’amour ne soupçonne pas le mal » 1 Corinthiens 13.5

Il est très étonnant de trouver deux phrases en français dans le texte des tribunaux anglais. Cette tradition remonte à l’époque où certains anglais étaient Français et où l’Angleterre et la Normandie partageaient le même souverain, le fameux Richard Cœur de Lion.

La première de ces phrases c’est : « Dieu est mon droit ». Elle remonte précisément à Richard premier, qui utilisa cette formule comme mot de passe à la bataille de Bernay. Elle devint devise royale sous Henri 6. La seconde phrase, « Honni soit qui mal y pense »  a pour origine l’ordre de la Jarretière. En réalité, cette devise est inscrite sur la jarretière qui entoure l’écusson des armoiries royales. Elle symbolise donc l’ordre de la Jarretière fondé par Edouard III en 1348.

Ces quelques précisions historiques, pour mettre en évidence deux choses importantes. La première c’est que nous devrions nous aussi inscrire à l’intérieur de notre cœur, ces deux fondamentaux spirituels. Dieu est votre droit, ce qui suppose qu’il défendra toujours la Justice et qu’il n’est pas question qu’il vous abandonne en proie à l’injustice. Job l’exprimait autrement, lorsqu’il dira :  « Ma cause est devant lui ». La vôtre aussi. Jusqu’où ira votre foi dans ce domaine ? Que ce soit sur un plan professionnel, familial - avec l’augmentation des divorces -, financier ou moral, votre justice et votre droit c’est Dieu, souvenez-vous en. Quand vous aurez fait tout ce qu’il faut faire et ce que la loi vous demande de faire, laissez Dieu agir, abandonnez-lui ce combat. Ne le bloquez pas dans son action en cherchant à le précéder, ou à lui donner un coup de main. Par expérience, je peux vous assurer que Dieu sait bien mieux que nous, défendre notre droit.

La seconde phrase met l’accent sur le fait qu’il n’est pas possible d’avoir de bonnes relations avec Dieu en prétendant ne pas en avoir avec les autres. Si vous soupçonnez votre prochain, cela revient à dire que vous ne l’aimez pas. Ne pas aimer les autres, être en conflit avec eux, manifester de la rancune, un refus de pardonner, de régler de vieilles querelles, empêche ni plus ni moins Dieu de défendre votre droit. Ce n’est pas un hasard si ces deux pôles de la vie figurent en bonne place dans l’histoire de l’Angleterre. Ce pays fut longtemps sous la bonne influence de l’Église Anglicane, qui prônait un retour aux Ecritures.

Deux phrases riches d’enseignements. Pour que Dieu soit votre défenseur, mettez toutes les « chances » de votre côté. N’ayez rien avec personne, ne laissez pas l’amertume et la rancune envahir votre cœur et encore moins la vengeance. Il n’y a pas de miracle possible pour ceux qui s’empalent sur ces récifs-là ! Vous ne pouvez rien attendre de Dieu, n’y rien lui dicter, même pas espérer quoi que ce soit tant que vous vivez en conflit avec l’autre. Réglez cela au plus vite et au plus tôt, et vous verrez le Dieu de l’Évangile défendre votre cause. Il est fidèle, mais juste !