Raymonde: une nouvelle mission de reconnaissance !

25-10-2019

Septembre 2019 - Premier objectif >>> Identifier les besoins pour sortir de la précarité un village très isolé 

Ce mois passé, je me suis rendue dans un village reculé, perché sur les flancs d’un des plus beaux massifs montagneux de la réserve naturelle de l’Isalo, à 687 km de la capitale, dans le sud de Madagascar afin de mesurer tous les besoins sociaux. Mon objectif étant de mettre en œuvre un plan d’action adapté et efficace.

Un très long voyage de 22 heures, en taxi-brousse, sur une route bitumée, à travers des paysages époustouflants que je découvre avec beaucoup d’émerveillement ! Oui, ça valait le détour !  

Le village de 53 maisonnettes en terre battue et toit de chaume, écrasé par le soleil, se situe dans un cadre exceptionnel ! Le massif rocheux agrémenté de quelques bouquets d’arbustes, fait office de barrière, comme pour le protéger. A ses pieds, les rizières et les champs s’étendent à perte de vue et côtoient la savane sèche, rappelant les spécificités de la flore tropicale sèche. Les pistes terreuses qui serpentent les flancs reflètent la lumière du soleil et sont bordées de cactus, d’eucalyptus, et autres arbres fruitiers majestueux, avec leurs feuillages aux multiples couleurs qui dansent et chantent au rythme des alizés pour rafraîchir la marche du voyageur. 

6h du matin, mon 4x4 est à l’heure pour m’y conduire : « une charrette tirée par deux zébus, pas très robustes, mais très dociles ». Ce qui me rassure ! Après une heure de piste sous un soleil de plomb, j’arrive au village où je suis accueillie par une trentaine de familles chaleureuses et joyeuses, qui m’ont reçue dans la tradition malgache : prières de bienvenue et de bénédictions, chants et danses. Après le moment de distribution de denrées de première nécessité, de friandises, et un temps de jeux avec les enfants, je suis allée à la rencontre des villageois pour prendre connaissance de leurs besoins urgents afin de mettre en place des actions concrètes pour les aider à améliorer leur niveau de vie. 

Les enfants sont scolarisés dans une école primaire publique à environ 5km de là. Ils font le trajet 4 fois par jour, à pieds, sous une température moyenne de 30° ! Ils aiment l’école et obtiennent de bons résultats. Pour cette année 2019-2020, cinq d’entre eux passent en seconde et une douzaine en CM2, pour préparer le CEPE et le concours d’entrée en 6e. La demande prioritaire concerne la restauration de la salle d’étude commune, qu’il faudra équiper et  éclairer, de sorte que les enfants puissent y travailler aisément et sans avoir mal aux yeux. Les femmes demandent à être alphabétisées, pour suivre la scolarité de leurs enfants, et pour leur épanouissement personnel. La place principale du village a besoin d’être pavée et éclairée. En temps de pluie, on ne circule plus et les villageois sont parfois isolés pendant plusieurs jours, sans ravitaillement. 

Je quitte ce village où j’ai de grands défis à relever pour ma prochaine mission ! Les difficultés sont réelles et nous sommes loin d’imaginer leur ampleur !  Je reviendrai avec une équipe de professionnels. Pour le moment, je me consacre à la mise en place des plans d‘action pour mener à bien ce projet. A suivre… !