UN HOMME SANS TENDRESSE

img_Pensée_du_jour

« Je vous chéris tous avec la tendresse de Jésus-Christ » Philippiens 1.8

Quelqu’un a dit : « Un homme sans tendresse est comme une forêt sans oiseau ». Au-delà de l’aspect poétique indéniable, il faut reconnaître l’incapacité notoire de certains hommes à manifester la moindre once de tendresse. 

J’ai grandi avec des conceptions bien particulières de la vie. La tendresse ne faisait absolument pas partie de mes valeurs. Ma vision de la virilité - masculine - ne passait pas par là ! D’ailleurs, mon texte préféré dans la Bible n’était pas celui de Paul aux Philippiens cité en exergue. Sans me chercher d’excuses, mais à ma décharge, il faut avouer que la formation pastorale que j’ai reçue, et qui sur bien des plans était remarquable, faisait totalement abstraction de la notion de tendresse. Ce qui fait que ma conception de la « virilité divine » cette fois, était exsangue de toute forme de tendresse. 

J’ai donc fait l’économie de tendresse pendant de longues années, à mon égard d’une part, mais aussi à l’égard des autres, y compris de ma femme et de mes enfants. Ce n’est jamais un bon calcul, je l’ai appris plus tard. Parce que tôt ou tard, en vieillissant, vous allez avoir besoin de tendresse, c’est juste normal. D’ailleurs ce n’est plus le jeune et fringant apôtre Paul qui écrit en ces termes, mais le vieillard, malade, affaibli et emprisonné, qui comme tout un chacun ressent ce besoin de tendresse. 

Sauf que si vous n’avez jamais donné de tendresse aux autres, il y a assez peu de chance pour que l’on vous en propose un peu, quand vous en aurez besoin. C’est là que j’ai constaté bien des échecs sur le plan sentimental, du couple ou de la famille. 

La tendresse est un acte totalement gratuit. Elle ne s’échange pas, ne se réclame pas, elle échappe aux règles du « donnant-donnant » chères à notre société de consommation, elle ne se prend pas, elle se donne c’est tout. La tendresse de Jésus-Christ a de quoi en étonner plus d’un. Et pourtant, c’est avant tout de cette tendresse dont j’ai besoin aujourd’hui. Non seulement pour combler mes lacunes dans ce domaine, mais aussi pour apprendre à aimer les autres comme ils méritent d’être aimé. 

La tendresse n’est pas un acte de faiblesse ou un acte posé par une forme de dépression. Non, c’est juste la vie normale et d’ailleurs, si nous étions honnêtes avec nous-mêmes, nous pourrions constater que depuis le jour de notre naissance jusqu’ aujourd’hui, nous avons eu besoin de tendresse. Il existe une tendresse virile et une virilité tendre, c’est celle de Dieu pour vous et moi. Acceptons-le simplement, nous n’en irons que mieux.

Samuel Foucart