AUX SOURCES DE MA VIE

img_Pensée_du_jour

« Toutes mes sources sont en toi. » Psaume 87.7, Proverbes 4.23, Jacques 3.11 et Jean 4.14

Introduction : C’est que qu’affirment ces hommes de Dieu. Ils ont compris que notre nature humaine n’a pas qu’une seule et unique source, mais plusieurs. Et toutes, ils les situe en Dieu, dans sa relation avec lui. Beaucoup proposent des aventures formidables, comme remonter aux sources du Nil, il y a mieux encore, remonter à nos sources intérieures et les assainir.

1) La source de notre histoire familiale. Nous sommes tous nés à une époque, dans une famille, issus d’un père et d’une mère. Pour beaucoup, la source sera calme et paisible. Malheureusement, pour d’autres, la source est déjà un torrent de boue charriant les pierres du rejet et de la culpabilité. C’est dans l’enfance et même la toute petite enfance que se construit la personnalité de l’individu. C’est aussi là que des blessures pour la vie nous sont infligées.

2) La source de notre éducation. Que nous l’acceptions ou non, nous sommes aussi le produit d’une éducation. Celle de l’exemplarité, bonne ou mauvaise, laissée par nos parents. Je pense à cet ami initié à la pornographie par son père dès l’âge de 8 ans. Evidemment c’est une source polluée, mais la nier ne sert à rien, elle existe. La source de l’éducation morale, très disparate en fonction des familles. La source de l’éducation spirituelle. Tant de gens ont rencontré Dieu dans leur enfance, d’autres n’ont eu droit qu’au spiritisme et aux sorciers.

3) La source de l’expérience. Rien ne remplacera jamais mes expériences. Mais là encore, si les bonnes expériences sont des sources pures auxquelles il est possible de venir se rafraîchir, il y a aussi toutes les mauvaises et parfois très mauvaises expériences, qui font penser à une source polluée. Y revenir, c’est souffrir. Expérience traumatisante d’un viol, d’un décès, de coups portés par un père violent, du rejet et des préférences. Bien entendu, il y a aussi tout ce que nous pouvons expérimenter avec Dieu, nos prières d’enfant, nos peurs calmées et nos larmes séchées. Tout n’est pas forcément négatif dans la source de l’expérience, et le négatif en fait aussi partie.

4) La source de ma mémoire semble plus surprenante, mais à y bien réfléchir, la mémoire est une source qui coule en permanence. Généralement, c’est à partir de 3 ans que la source mémorielle s’ouvre pour ne plus cesser de couler tout au long de notre vie. Elle charrie tout ce qui précède, le bon et le mauvais. Ce qui va la polluer indéniablement, c’est la nostalgie du temps passé, qui ne sert absolument à rien. Mais ce sont aussi ces souffrances  et ces injustices subies, ces péchés qui nous font honte, ces actes manqués qui nous rabaissent, ces lâchetés qui nous culpabilisent et puis toutes ces histoires sur lesquelles il est impossible de revenir pour faire autrement ou mieux. La mémoire est une source jaillissante au fond de nous. Certains jours, son eau est amère.

Conclusion : Alors ces hommes de Dieu avaient pris la décision de confier le « service des eaux » de leur vie au Dieu vivant et vrai, afin qu’il les gère et les canalise. Vous ne pourrez jamais empêcher une source de couler, même en la bouchant avec les grosses pierre du déni, du mensonge à soi-même ou du cynisme. Il y a mieux à faire : remettre toutes nos sources dans les mains du Dieu de bonté.

Samuel Foucart