Lot et ses mauvais choix

texte_podcats_formate

2 Pierre 2/8

« Car cet homme juste demeurant parmi eux, en voyant et en entendant, vexait son âme juste de jour en jour par leurs actes illégaux »

Introduction : J’ai envie de dire à Lot : « Mais que fais-tu là Lot » ? Elu, conseiller municipal dans la communauté de communes de Sodome et Gomorrhe, sans doute espérait-il changer les choses de l’intérieur. Les actes illégaux cités dans notre texte de base, ne le sont pas au regard des gens de ces villes, qui ont voté des lois pour justifier l’injustifiable, mais bien aux yeux de Dieu, de sa Parole et de ce que le livre de Job nomme « les lois du ciel » Job 38/33.

 
  1. Lot et ses mauvais choix
  • Ce n’est sans doute pas l’homme le plus exemplaire en matière de foi dont la Bible nous rapporte l’histoire.
  • On le voit avec Abraham. C’est un suiveur ! Il veut bien de la bénédiction de Dieu, mais par procuration, lui ne fait jamais de choix fort, violent, déterminé, viril. Jamais de choix pour Dieu, pour la cause de Dieu pour l’honneur de Dieu. Jamais de choix déterminé pour Dieu. Jamais de choix d’adorateur !
  • Lorsqu’il doit faire un choix, il le fait en fonction de son seul et unique intérêt, rien de spirituel dans son choix, pas de prière, pas de conduite de Dieu et il va se retrouver au conseil municipal de Sodome et Gomorrhe, élu local. C’est là qu’on trouve ce texte de Pierre.
  1. Il souffre des conséquences de ses inconséquences.
  • Et finalement ce serait facile de lui jeter la pierre, mais il n’en va pas autrement pour nous.
  • Personnellement Lot m’agace, mais c’est Dieu qui justifie et le Saint-Esprit lui attribue le titre de « juste », parce qu’au fond son âme devait l’être malgré tout.  Au moins à 2 reprises dans la Bible Dieu le déclare juste et c’est lui qui justifie.
  • Genèse 18/32 : « Peut-être s'y trouvera-t-il dix justes. Et l'Eternel dit : je ne la détruirai point, à cause de ces dix justes »
  • Ce qu’il voit entend, subit dans ses fonctions d’élu va fortement le déprimer, l’atteindre, lui qui avait passé beaucoup de temps avec Abraham le croyant. Et on peut le comprendre facilement.
  1. Pour nous aujourd’hui en va-t-il autrement ?
  • « Affligé, torturé, tourmenté, vexé, ou encore profondément attristé » des termes forts qui évoque un état proche de la dépression ou au moins de la déprime. Rien de positif là-dedans.
  • La conversion à Dieu ne fera jamais de nous de purs esprits que rien n’atteint jamais, nous pouvons même en nous protégeant bien, être atteints par le péché ambiant, l’iniquité d’une nation et la décomposition morale d’un pays et de ses représentants.
  • Ce que l’on voit ou ce qu’on entend  atteint donc notre âme dans ses profondeurs. Quand bien même nous serions justifiés par Jésus-Christ, convertis, sauvés, spirituels (plus que Lot, je l’espère), nous sommes sur la terre et il est difficile, compliqué, voire impossible de se couper du péché ambiant qui nous enveloppe facilement. Et Lot n’avait pas les chaines d’info !
  • Tout mettre sur le dos d’Internet, des médias, des réseaux sociaux est facile. Certes ce sont des outils qui accélèrent tout, y compris la perversité des cœurs, mais cette perversité est bien dans le cœur de l’être humain. Les filles de Lot n’avaient pas Internet et pourtant elles savaient comment s’y prendre pour coucher avec leur père.
  • On sait ce qu’étaient les pratiques immorales de Sodome et Gomorrhe et pas seulement l’homosexualité, la corruption était totale et à tous les niveaux. Qu’est-ce que Lot pouvait y changer ? Rien !
  1. Nous vivons dans une société qui déplaît à Dieu
-     Et que le jugement de Dieu va atteindre tôt ou tard. Nous sommes étrangers à ce monde, faut-il le rappeler ? Nous vivons dans un contexte anxiogène souvent entretenu par ce que nous voyons et entendons  mais quelle influence pouvons- nous avoir sur ces évènements ?  Quasiment aucune.
-     L’avortement jusqu’à 9 mois autorisé, loi votée en catimini une nuit du mois d’août 2020, avec la clause suivante « avortement autorisé pour des raisons psycho-sociales », je vous laisse le temps de réfléchir à cette formule qui nous renvoie à l’eugénisme  ni plus ni moins. Même chose pour l’abaissement de l’âge légal pour un mineur en matière sexuelle, loi permissive, favorisant évidemment la pédophilie et là encore votée une nuit d’été, en catimini par des gens pour qui nous avons voté et qui sont censés nous représenter. Je ne veux pas d’une France islamisée où mes petites filles devront se voiler pour aller à l’école ou au travail et pourtant on sent là encore toutes les dérives qui se préparent et se mettent en place. Il y a de quoi « torturer notre âme » en entendant et en voyant tout ce qui existe déjà et ce qui se prépare. Qu’on le veuille ou pas cela atteint notre âme juste ! 
-     Cela ne change rien à notre salut, rien à notre foi, rien à notre vie de prière, mais la dépression de l’âme guette, nos émotions, nos sentiments sont atteints, quand ce n’est pas pire. Que faire ? 
-     Se faire élire pour changer les choses est peine perdue ! Prévenir les autres que tout cela finira mal, « Ses gendres crurent qu’il plaisantait » ! Se fondre dans la masse et créer des liens sociaux amicaux, on voit ce que cela donnera avec ces gens corrompus. 
-     Paradoxalement le modèle vient encore une fois d’Abraham qui va se tenir éloigné le plus possible de cette corruption ambiante, qui va refuser de s’en mêler et qui va prier et mettre sa foi dans le Dieu bon et juste. Ce que visiblement Lot ne faisait pas ou plus. Abraham, loin de Sodome et Gomorrhe, va prier pour ces villes et leurs habitants, sans juger, après tout il aurait pu penser que c’était bien fait pour eux. Il ne va pas se réjouir un seul instant du malheur à venir et du jugement divin. Il va manifester jusqu’au bout une saine et sainte inquiétude pour Sodome et Gomorrhe, et sa compassion et sa miséricorde nous servent encore d’exemples aujourd’hui. 

 

Conclusion : l’Ecclésiaste, le sage prédicateur avait raison de dire : « Beaucoup d’information est une fatigue pour le corps » (texte original) Ecclésiaste 12/12. Ce que nous voyons et entendons, nous atteints plus que nous ne l’imaginons. Faisons comme Abraham, prenons nos distances avec tout ceci et sélectionnons très sérieusement nos sources d’information.