Priez pour les autorités de son pays

texte_podcats_formate

1 Timothée 2/1 à 4

« J'exhorte donc avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté »

  1. A quelle époque a été écrite cette lettre à Timothée ?
  • Cette lettre de Saint-Paul a été écrite (il s’agit toujours d’une datation approximative) entre 61 et 64 de notre ère alors que Paul était en prison à Rome. Donc surtout pas dans un contexte facile.
  • A cette époque l’empereur régnant n’avait rien d’un personnage sympathique, puisqu’il s’agissait de Néron (qui régna 13 ans de 54 à 68). Ce Néron est arrivé au pouvoir à 17 ans et il finira sa triste vie en se suicidant à 30 ans.
  • Voilà ce que les historiens et psychiatres disent à propos de Néron et de ses évidentes pathologies ; « personnalité perverse, psychopathie, troubles bipolaires, paranoïa, schizophrénie » et je vais m’arrêter là parce qu’il serait possible d’en rajouter encore.
  • Quand un être si profondément atteint arrive au pouvoir et possède tous les pouvoirs il y a de quoi trembler. Néron sera le premier vrai persécuteur des chrétiens et après avoir incendié Rome, il en fera les boucs émissaires parfais.
  • On aurait pu comprendre que Paul encourage les chrétiens à prier pour que le monde soit vite débarrassé de ce fou furieux, qu’il meure, que Dieu le juge ou que sais-je encore.
  1. Prier pour ceux qui sont élevés en dignité.
  • Que nous soyons d’accord avec eux ou pas, que nous ayons voté ou non pour eux, notre responsabilité de disciples de Jésus c’est de prier pour eux.
  • S’égarer dans les dédales de la politique a toujours été un mauvais choix pour l’Eglise de Jésus-Christ. Je ne fais pas partie de ceux qui voient ça comme une bénédiction à faire élire un président partageant (ou pas) notre foi.
  • L’église de Jésus-Christ est apolitique et devrait le rester. Néanmoins elle est constituée de citoyens, évoluant en République (pour nous autres Français) et qui ont ou pas d’ailleurs un avis, une couleur politique respectable, un vote et des opinions ce qui est respectable.
  • Néanmoins, nous qui sommes, d’abord et avant tout, citoyens des cieux comme le rappelle le même Paul aux Philippiens : « Notre cité à nous est dans les cieux, d'où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ » Philippiens 3/20.
  • En tant que tels nous sommes appelés à prier pour ceux qui nous gouvernent.
  1. Le risque de la prière allons-nous le courir ?
  • Indéniablement nous avons un problème avec certains textes évangéliques, par exemple, lorsque Jésus nous demande de prier pour nos ennemis, nous nous braquons, souvent nous nous révoltons et nous refusons. Parce que pour nous « Prier pour nos ennemis, les bénir etc.  c’est leur faire trop d’honneur ». quelle erreur, c’est juste obéir à Dieu.
  • C’est bien parce que nous n’avons pas compris ce que sont la prière et l’ordre de Jésus. Plus nous prions pour nos ennemis, plus nous permettons à Dieu d’agir comme il faut qu’il agisse à leur égard. Pas besoin d’expliquer au Seigneur ce qu’il doit faire avec ceux qui nous ont fait du mal, nous ont outragés, blessés, maudis, trompés etc.
  • Il en va exactement de même avec le fait de prier pour ceux qui sont élevés en dignité, qui nous gouvernent. Pas la peine d’expliquer à Dieu que leurs lois sont iniques ou pas ; qu’ils sont injustes dans leur politique ; qu’ils se conduisent mal ou bien c’est selon. Dieu le sait mieux que nous. Contentons-nous dans la foi de prier.
  • « Oui mais si je prie pour untel, il va être béni et rester au pouvoir etc. » ! Vous n’avez rien compris alors !
  1. L’influence de notre Dieu sur le règne des grands ?
  • Nous sommes coupables de l’avoir oublié, c’est Dieu qui établit les rois et les gouvernements, mais nous sommes aussi coupables d’avoir oublié ceci : « Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles ».
  • Nous avons tellement les yeux braqués sur les sondages d’opinion, les campagnes électorales, les élections, la législature en cours que nous en oublions l’essentiel, la part de Dieu dans toutes les affaires de la terre.
  • En une nuit Dieu a renversé le jeune prince orgueilleux Belschatsar  (Daniel 5) qui ne respectait rien ni personne. «L'arrogance précède la ruine, et l'orgueil précède la chute » Proverbes 16/18, mais qui sommes-nous pour savoir ce qui se passe dans le cœur de ceux qui nous dirigent ? Notre lot c’est de prier pour eux.
  • Il n’a fallu que quelques heures au Seigneur Dieu pour régler l’affaire. Le lendemain matin c’est Darius le Perse qui régnait.
  • Si ceux qui nous gouvernent sont fondamentalement bons mais que nous l’ignorons, notre Dieu saura lui faire le tri. S’ils sont fondamentalement mauvais dans leurs intentions, ce n’est pas à nous d’en juger du moins à priori, mais laissons Dieu agir, mais pour qu’il agisse il nous faut apprendre à lui obéir sans ciller et prier pour ceux qui nous gouvernent.
  • « A vous maintenant, riches! Pleurez et gémissez, à cause des malheurs qui viendront sur vous. » C’est tout de même un texte politique étonnant et qui n’est pas moins inspiré que tous les autres par le Saint-Esprit. Dieu s’occupe de la politique des hommes, mais il attend la collaboration de son peuple, il attend que ce dernier prie pour ceux qui sont élevés en dignité.
  • Pour que Dieu puisse agir, en toute justice, lui qui connaît les tenants et aboutissants de toutes choses, il a besoin que son peuple prie en faveur de ceux qui sont élevés en dignité et surement pas que ce dernier se fourvoie dans la politique et ses errances.