img_Pensée_du_jour

« Que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance ». Hébreux 4.11

Les valeurs d’exemplarité sont toujours très relatives. Qui peut dire « Moi j’ai toujours été un exemple en tout et partout ? » Moi je ne le peux pas, malheureusement ou heureusement peut-être.

Permettez-moi cette anecdote que j’ai vécue dans un wagon de la SNCF me ramenant chez moi. J’étais installé un bon quart d’heure en avance à ma place, lorsque j’ai entendu une dame arriver dans ce wagon. Elle était accompagnée de sa fille. Immédiatement, cette dame que je ne pouvais pas voir puisque mon siège tournait le dos aux places où elle était assise, a commencé à parler fort à sa fillette,  sur un ton que seuls utilisent « les parents branchés psychologie de l’enfant ayant  beaucoup lu les livres de Françoise Dolto ». Par exemple, la petite dit à sa maman : « Maman, j’ai oublié de mettre mes poupées dans ma valise. » Ce qui est une phrase normale, d’une petite fille normale. La réponse l’était moins, puisqu’elle consistait à répondre très haut et très fort, pour que tout le wagon entende combien cette maman modèle avait une capacité pédagogique remarquable : « Ma chérie, je t’ai déjà dit que tu étais responsable de tes affaires et que ce n’est pas à moi de vérifier ce que tu mets dans ton bagage. Tu n’as donc qu’à t’en prendre à toi-même (…) » etc. Et toute la première partie du voyage s’est passée sur ce type de langage et d’échange. À un moment, la maman a même osé dire à sa fille : « Je t’ai déjà dis que tu parles trop fort, on n’entend que toi dans ce wagon, apprends à parler avec mesure. » Authentique ! Bon, chacun éduque ses enfants comme il l’entend, et même si c’est agaçant après tout, cette dame avait le droit de parler ainsi, étant d’une exemplarité remarquable pour tout : le rangement, les devoirs, la lecture du livre d’école auquel on a eu droit, la politesse. Un cas d’école cette dame !

Sans jamais me retourner, je vivais la scène en imaginant à quoi elles pouvaient ressembler, cette petite fille modèle et sa maman au ton de psychologue.

Puis vint le moment du contrôle des billets et là, surprise ! La maman exemplaire voyageait en première classe avec sa fille et n’avait de billet ni pour elle ni pour la petite ! J’ai ressenti un grand coup de lance dans le cœur de l’exemplarité, ce matin- là. La scène aurait pu être drôle, si elle n’était pas pathétique, voire triste à pleurer quand la petite fille s’adressant au contrôleur va lui dire d’une toute petite voix :  « Vous n’allez pas trop la punir ma maman, s’il vous plaît ! » Vous imaginez la réponse du fonctionnaire qui faisait son travail.

Ce serait facile de jeter la pierre et de juger la personne. Quand elle passa à côté de moi au moment de descendre du train, elle me jeta un regard furtif, gêné et s’empressa de descendre. Il est si facile de dire, et si difficile de faire, n’est-ce pas ? Tellement de chutes ne sont que le résultat d’un mauvais exemple laissé par des parents. Soyons attentifs, autant que faire se peut, à laisser le meilleur exemple à ceux qui nous regardent vivre.

Samuel Foucart