img_Pensée_du_jour

«  Si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne tout simplement et sans faire de reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu’il la demande avec foi, sans douter, car celui qui doute ressemble aux vagues de la mer que le vent soulève et agite de tous côtés» Jacques 1.5 et 6

« En effet si l’un de vous veut construire une tour, il s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer. » Luc 14.28

La réflexion n’est pas l’ennemie de la raison. Méditer avant d’agir est même préférable. Ce texte de Jacques met en évidence qu’être sage, ou vouloir l’être, c’est bien et c’est hautement recommandable. Mais dès l’origine de ce désir, il y a l’action, la foi vivante qui va s’adresser au cœur de Dieu.

L’enfant caché du philosophe et de l’athlète, c’est le disciple de Jésus-Christ. Il est mi-philosophe, sage et prudent comme peut l’être un serpent, mais aussi actif et réactif dans sa foi et ses actions que le serait un soldat sur le champ de bataille.

Les expériences avortées ne manquent pas dans ce registre. Nous avons eu à faire à des gens exclusivement sages, qui savaient ce qu’il fallait faire face à telle ou telle situation, sachant donner des conseils aux autres, mais ne se les appliquant jamais. Ainsi, Jésus dénonçait vertement ces faux sages remplissant la religion juive de son époque et il les tançait publiquement leur reprochant leur hypocrisie. Dans le même registre, la rencontre des mages et des sages de Jérusalem est exemplaire. Ces mages vont rencontrer des gens qui vivent en permanence dans l’antre de la sagesse du monde. Là on trouve une bibliothèque, la Tora, le Talmud, les écrits religieux et historiques. Lorsque les mages demandent où doit naître le Sauveur du monde, ces sages-là ne se trompent pas, ils donnent la bonne direction à ces hommes venus d’Orient. Mais eux, n’iront jamais. Ce sont des avortons de disciples !  

De l’autre côté, nous avons eu à faire à des vigoureux, toujours dans le feu de l’action, jamais le temps d’être une seconde dans la réflexion. Ils parlent plus vite qu’ils ne pensent et on s’en aperçoit rapidement. Ces personnes, au demeurant sincères dans leur zèle, ont tendance à omettre les salutaires vertus de la méditation, surtout celle qui précède l’action. Ceux-là aussi, sont des avortons de disciples, loin d’être des disciples accomplis en tout cas.

Soyons honnêtes, vous et moi nous reconnaissons dans l’un ou l’autre de ces tableaux. Mais l’œuvre du Saint-Esprit en nous est d’équilibrer tout ceci et lui sait y faire.

Abraham Lincoln disait : « Si je disposais de neuf heures pour abattre un arbre, j’en emploierais six pour affûter ma hache.  » Cela rappelle l’entrainement de l’athlète de haut niveau qui n’arrive pas le jour de la course sans avoir passé des heures à l’entrainement.

Le disciple accompli dont parle Jésus est donc le croisement réussi entre le philosophe et l’athlète.

Samuel Foucart