Les noms donnés à Jésus : "Le Rabbi autoproclamé" première partie

texte_podcats_formate

15) Jésus le RABBI

« Jésus se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit : Que cherchez-vous? Ils lui répondirent : Rabbi ce qui signifie Maître, où demeures-tu? 

Jean 1/38

Introduction : ce qui est étonnant c’est qu’à de très rares exceptions  l’expression « RABBI » à systématiquement été  traduite par « Maitre » dans les évangiles. Rabbi c’est le titre consacré des ministres du culte : un rabbin. 

Définition du mot RABBI : « Rabbi = "maître" 

1) Un grand monsieur, honorable, 

2) Rabbi, titre utilisé par les Juifs en s'adressant à leurs enseignants.

    1. Jésus désigné comme étant un rabbi par qui ? 
      • Les Juifs s'étonnaient, disant : « Comment connaît-il les Ecritures, lui qui n'a point étudié ? » Jean 7/15. Pourtant les mêmes déclaraient à son sujet : « Les huissiers répondirent : Jamais homme n'a parlé comme cet homme. » Jean 7/46. Les études de rabbin forment un cycle indéterminé, compris entre 1 et 5 ans mais cet aspect est relatif parce que ce qui compte c’est la cooptation d’un rabbin ; plus le rabbin est connu et reconnu en tant que formateur, plus votre prestige de rabbin sera grand : par exemple le rabbin Saul de Tarse avait grandi aux pieds de Gamaliel : « je suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j'ai été élevé dans cette ville-ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l'êtes tous aujourd'hui. » Actes 22/3.
      • Jésus n’a jamais étudié la théologie mais il connaissait Dieu personnellement ; jamais il n’a étudié l’anthropologie, mais il savait tout ce qui était dans le cœur de l’humain ; Jésus n’a jamais étudié la médecine, mais il guérissait les malades ; Jésus n’a jamais étudié la sociologie, mais il savait comment parler aux foules ; Jésus n’a jamais étudié la psychologie, pourtant il guérissait l’âme et la rassurait comme personne. Jésus n’a jamais étudié l’économie, mais il avait le sens des vraies valeurs. Jésus n’a jamais étudié le droit, mais il pratiquait la Justice comme personne ; Jésus n’a jamais étudié la communication, pourtant 20 siècles plus tard son message et sa personne sont toujours là.  
      • Par la référence en matière de doctrine en Israël, Nicodème lui même : « Mais il y eut un homme d'entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui. ». On pourrait envisager une forme d’ironie chez ce docteur de la loi (comprenez le spécialiste en matière de doctrine), mais plus probablement il reconnaît en Jésus l’un des siens et lui demande conseil.
      • Jean 6/24 et 25 : « Les gens de la foule, ayant vu que ni Jésus ni ses disciples n'étaient là, montèrent eux-mêmes dans ces barques et allèrent à Capernaüm à la recherche de Jésus. Et l'ayant trouvé au delà de la mer, ils lui dirent : Rabbi, quand es-tu venu ici ? » Les gens de la foule reconnaissent en Jésus d’une part le maître en matière d’enseignement, mais aussi le maître des flots, des éléments, de la nature !
      • Deux de ses futurs disciples, Jean 1/38 : « Jésus se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit : Que cherchez vous ? Ils lui répondirent : Rabbi ce qui signifie Maître, où demeures-tu ? » et dans ce cas il s’agit plus d’une marque de respect, voir de politesse à l’égard de celui que Jean le Baptiste a désigné comme lui étant supérieur, (Jean lui aussi bénéficiera de ce titre de rabbi : « Ils vinrent trouver Jean, et lui dirent : Rabbi, celui qui était avec toi au delà du Jourdain, et à qui tu as rendu témoignage, voici, il baptise, et tous vont à lui. » Jean 3/26
    1. Le mot « Maître » utilisé à la place de rabbi :
  • Sans doute, et dès l’origine a t-on voulu prendre certaines distances avec la religion juive et les origines juives de Jésus. Même si c’est très banal de le dire, Jésus n’était pas chrétien, mais de religion juive. Néanmoins les auteurs des évangiles présentant Jésus au monde ont préféré prendre certaines distances avec le mot.
  • Marc 9/5 : « Pierre, prenant la parole, dit à Jésus : Rabbi, il est bon que nous soyons ici ; dressons trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Elie. » Jésus le rabbi sur l’Histoire, sur les prophètes plus grand que l’Histoire glorieuse d’Israël.
  • Marc 11/21 : « Pierre, se rappelant ce qui s'était passé, dit à Jésus : Rabbi, regarde, le figuier que tu as maudit a séché. » : Jésus le rabbi dont la parole à elle seule donne la vie ou la mort ! « Dis seulement un mot … » disait le centenier Romain (Matthieu 8/1 et 2). Loin d’être négatif ce texte met en évidence qu’un mot du rabbi Jésus peut sécher tout ce qui doit l‘être dans notre vie. 
  • Marc 14/45 : « Dès qu'il fut arrivé, il s'approcha de Jésus, disant : Rabbi ! », Jésus, bien involontairement, signalé par Judas comme étant le maître des circonstances, même lorsque tout semble nous échapper, ou lui échapper il reste le maître. 
  • Jean 1/49 : « Nathanaël répondit et lui dit : Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël. », Jésus le Rabbi qui maîtrise les pensées secrètes des cœurs, qui sait ce qu’il y a dans le cœur humain.
  • Jean 4/31 : « Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant : Rabbi, mange. ». Jésus le rabbi humain, proche de nous, de nos besoins, de nos misères, mais qui sait donner l’exemple des priorités dans la vie.
  • Jean 9/2 : « Ses disciples lui firent cette question : Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle ? » Jésus le rabbi qui est reconnu comme celui qui connaît les secrets de la vie, les mystères de la malédiction, et qui sait apporter des réponses à nos questions fantasmagoriques.
  • Jean 11/8 : « Les disciples lui dirent : Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en Judée! ». Jésus celui qui est maître de la peur légitime, des inquiétudes, des menaces, du danger. 
  •  
    1. Jésus était-il un rabbi comme les autres ? 
  • La réponse évangélique est clairement non. Il n’a pas grandi dans l’une ou l’autre des écoles rabbiniques de l’époque, il était charpentier. Il n’avait donc aucun diplôme (ou équivalent de l’époque), aucune formation doctrinale, aucune légitimité en tant que rabbin. Il serait ce qu’on appelle aujourd’hui « un rabbin autoproclamé » même si l’expression veut tout dire et en même temps ne rien dire. 
  • La légitimité de Jésus tient à ses fruits et au témoignage laissé par ses auditeurs : « Ils se rendirent à Capernaüm. Et, le jour du sabbat, Jésus entra d'abord dans la synagogue, et il enseigna. Ils étaient frappés de sa doctrine ; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes » : Marc 1/21 et 22.
  • Matthieu 7/16 et 17 : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.… » c’est à cela qu’on reconnaît un rabbi venu de Dieu, un rabbi avec l’onction !
  • Non Jésus n’était définitivement pas un rabbi comme les autres, il était le rabbi TRANSGRESSIF Si Jésus était spirituellement proche des pharisiens, un des trois courants dominants de la pensée juive au 1er siècle, son attitude transgresse toutes les conventions établies.
  • À commencer par sa manière d’utiliser des « paraboles » – des récits imagés empruntés à la vie quotidienne – pour dispenser son enseignement moral et religieux. « Hormis quelques exemples dans l’Ancien Testament, ce mode d’expression n’était guère répandu. Jésus est le rabbi INNOVANT 
  • Sur le fond, les pharisiens parlaient déjà de résurrection et d’amour du prochain. Mais Jésus reprend le message à son compte en allant beaucoup plus loin. « Voilà quelqu’un qui demande pour la première fois d’aimer ses ennemis, il va parler de la nouvelle naissance (qui était déjà présente dans l’A.T.) mais il va l’installer dans le paysage spirituel,  comme la norme ! Jésus est le rabbi REVOLUTIONNAIRE.
  • À la différence des prophètes qui l’ont précédé, Jésus se présente lui-même comme le Royaume qu’il annonce – « Je suis le chemin, la vérité et la vie » Jean 14/ 6. Jésus c’est le rabbi REFORMANT.
  • Son autorité hors du commun étonne les foules et scandalise les milieux sacerdotaux. « Moïse vous a dit… Or, moi je vous dis… » martèle publiquement le charpentier de Nazareth. De mémoire de prêtre, jamais personne n’a osé s’exprimer de la sorte ! Autre transgression inconcevable aux yeux d’un juif, cette façon que Jésus a d’appeler Dieu Abba (« Père », en hébreu). Le rabbi Jésus c’est le rabbi SCANDALEUX, il n’a pas peur du scandale (au sens religieux du mot) il sait qu’après le scandale on peut rebâtir du solide.
  • Au risque de passer pour un illuminé ? « Ce qui rend son enseignement crédible,  c’est son attitude miséricordieuse envers tous ceux – ennemis, parias – qu’il rencontre : une prostituée, un collecteur d’impôts, un légionnaire romain… » En un mot, Jésus pardonne. Et c’est ce qui fait la différence aux yeux de ses coreligionnaires. Jésus c’est le rabbi COMPATISSANT  ! 
    1. Que signifie le mot RABBOUNI ?  Jean 20/16 

-      « Jésus lui dit : Marie ! Elle se retourna, et lui dit en hébreu : Rabbouni ! C’est-à-dire, Maître ! » La réponse est dans le texte lui même. 

-      Ce mot est traduit par Maître dans l’évangile, Jean 20/16, mais Rabbouni est en réalité un diminutif de « Rabbi », mot hébreu signifiant le « docteur », le « Maître » ou « celui qui enseigne ». Jean 1/38C’était une appellation respectueuse que les Juifs décernaient à leurs chefs spirituels. Lorsque « Rabbi » est employé pour désigner un groupe de personnes, il qualifie des scribes ou des docteurs de la Loi. Mt 23/7.

-      Il est utilisé ici dans le contexte de la résurrection par Marie Madeleine, dans une prière d’adoration qui mélange respect et émotion, grandeur et proximité, foi et surprise. Il y a dans cette expression l’adoration destinée à celui qui est Maître de la mort elle même !