img_articles

Lors de récentes législatives partielles, voilà quelques chiffres impressionnants, inquiétants et déroutants pour notre pays  : « Paris: 84,5%. Indre-et-Loire : 81,6%, Pas de Calais : 75,7%.  Il s’agit des chiffres de l’’abstentions ». Quels que soient les élus, il n’y aura pas de gagnants. Admettons le ce chiffres ne donnent aucune légitimité à l’élu. Le député de la 5° circonscription de Seine Maritime à été élu "confortablement" d'après la presse mais avec seulement un peu plus de 11.000 suffrages exprimés. Plus de 82% d'abstention. Même l'élu s'est inquiété d'une élection sans légitimité.

J’entends déjà de très loin et depuis si longtemps, les arguments comme quoi les disciples de Jésus-Christ étant citoyens des cieux (Philippiens 3/20),  n’ont pas à prendre part aux affaires politico-politiciennes de cette terre. 

Sans remettre en cause un seul instant la réalité de notre appartenance à ce royaume des cieux, je reste persuadé qu’il est important que celles et ceux appartenant à Jésus-Christ soient des acteurs à part entière de la démocratie (je parle pour ceux qui ont le privilège d’y vivre). 

Ainsi, il est utile de rappeler que des hommes et des femmes se sont battus pour que nous ayons aujourd’hui le droit de vote. Mais depuis quelques temps, ce droit est négligé, méprisé, outragé par l’abstentionnisme, maladie de la démocratie, qui conduit généralement à sa mort et à l’avènement  d’une dictature. Le vote n’est donc pas qu’un droit, c’est aussi un devoir, surtout pour nous autres disciples de Jésus-Christ qui sommes appelés à nous soumettre aux autorités de notre pays (Romains 13/1 à 7). Autant pouvoir le faire dans le cadre d’une démocratie, plutôt que d’être confrontés à une dictature.

Il est passionnant de constater que, sur un plan historique, pratiquement toutes les dictatures sont nées d’élections démocratiques, le cas de l’Allemagne des années 1930 en est une récente,  flagrante et dramatique démonstration. 

Je sais que l’on me dira, je cite : « ils sont tous pareils, tous pourris, tous corrompus » et que dans ces conditions il est inutile d’aller voter. C’est à se demander à qui profite ce crime contre la liberté de vote, entretenu par ce genre de petite phrase lapidaire. Non, tous nos politiciens ne sont pas des corrompus, ni des voleurs, ni des malhonnêtes et encore moins des dictateurs en puissance, quand bien même il y aurait encore et toujours des cas d’espèce.

S’abstenir, c’est conduire la démocratie droit dans le mur. Aujourd’hui nous avons en France (j’écris  cet article en septembre 2020, je le publie en juin 2021 mais il sera encore valable en mai 2022) un Président de la République élu par défaut, dont la légitimité s’élève à moins de 20 % des votants. Comment envisager que les choses se passent bien dans un tel contexte politique? Je ne vais pas m’étendre sur les députés élus dans la foulée de ce Président, qui sont pour certains d’entre eux consternant d’incompétence, de bêtises et de malhonnêteté (en termes judiciaires). Je me demande souvent qui a bien pu voter pour certains et certaines d’entre eux. Par charité chrétienne je ne donnerai pas de noms.  Mais est-ce que la question ne devrait pas plutôt être : « combien d’abstentionnistes ont fait élire ces gens ?» 

Les dernières élections municipales en France ont vu plusieurs grandes métropoles qui dans la foulée de Grenoble, ont basculé dans l'escarcelle de pseudo écologistes, : Lyon, Marseille, Strasbourg, Bordeaux, Tours etc.  Ces gens utilisent sans vergogne, ce beau et bon combat de l’écologie pour faire passer leurs discours d’intolérance, fait d’interdictions et d’obligations imbéciles. A y regarder de très près, ces gens sont surtout des militants d’une gauche extrême qui s’est déguisée sous des oripeaux  verts. Mais qui a bien pu voter pour eux ?  Sans doute une infime minorité de gens comme eux, mais également d’autres qui n’ont pas lu leur programme et puis surtout combien d’abstentionnistes portent la lourde responsabilité de leur élection ? 

Je ne vais pas m’étendre sur le cas de certains députés, siégeant à l’assemblée et qui hurlent leur haine contre la France en permanence, et pourtant il y aurait beaucoup à dire. Ceux là favorisent la division de la nation, l"indigénisme, le racialisme (qui n'est rien d'autre qu'une perversion de l'anti-racisme) le séparatisme et à terme la ségrégation.  Comment ces gens-là ont-ils pu être élus? Par qui ? Par une petite minorité qui a su exploiter l’abstentionnisme à bon escient. 

La France est un pays démocratique et lorsqu’un parti politique est jugé anti-démocratique il est interdit et dissous, sauf si les medias en décident autrement et là encore, on touche à l’incroyable. Toutes les dictatures ont procédé de la même manière en « arrosant » financièrement les medias, pour qu’un message uniforme passe. La dictature passe toujours par le même chemin pour arriver. Ce n’est pas un hasard si lors des révolutions modernes on observe toujours les mêmes choses : la prise de la  télévision et de la radio en tout premier.  Et je vais vous épargner la manipulation mentale et psychologique via les « sondages » d’opinion parfaitement fabriqués

Il convient donc à certains de favoriser l’abstention, de manière officieuse bien entendu.  Mais elle reste une faute grave. Un disciple de Jésus-Christ, si à mes yeux n’a rien à  gagner à se faire élire pour changer le système de l’intérieur (illusoire, demandez à Lot), il se doit de refuser cette démission, ce manque de courage, ce péché qu’est l’abstentionnisme. 

Nous voterons d’ici peu pour un nouveau Président (normalement 2022), de nouveaux députés. Certains se tracassent déjà de savoir qui sera au second tour de cette élection présidentielle et comment il faudra voter, et il y a de quoi paniquer à l’idée d’un nouveau piège, d’une élection tronquée, et de retrouver les mêmes scénarios qu’auparavant. 

Et si au lieu de paniquer, nous commencions à prier pour comprendre l’importance de ces échéances, afin de  savoir à qui donner notre voix et peut-être surtout, à qui ne pas ou ne plus la donner ? Et puis si prier est important, réfléchir ne l’est pas moins. Quand certains partis soutiennent, valident et votent  systématiquement des idées et des lois s’opposant à nos valeurs chrétiennes d’une part et aux valeurs de la démocratie d’autre part, comment hésiter ?  N’est-ce pas Jésus qui disait à un autre propos : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits » ? 

A-t-on vraiment besoin de quelqu’un pour nous dire de ne pas voter pour tel ou tel ? J’espère sincèrement que non ! 

Ma part, (en tout cas à l’heure d’aujourd’hui) ce n’est pas de vous dire pour qui voter, mais c’est de vous responsabiliser de nouveau sur les enjeux spirituels du vote et de l’abstentionnisme. 

1 Timothée 2/2 nous engage à prier pour ceux qui sont ou seront en charge de la gestion de notre nation et à le faire dans un but bien précis : une vie de piété, paisible et honnête (comprenons, non hors la loi) : « Prier (…) Pour les Rois, et pour tous ceux qui sont constitués en dignité, afin que nous puissions mener une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. » 

Nous ne pourrons rien changer contre l’accomplissement des prophéties bibliques, contre les « signes des temps » annonçant une fin soudaine et brutale de ce monde, mais en attendant nous avons des droits et des devoirs, remplissons-les pour Dieu, pour sa cause et devant lui. 

Samuel Foucart