Le culte qui plaît à Dieu

texte_podcats_formate

Psaume 51/17

« Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c'est un esprit brisé: O Dieu! Tu ne dédaignes pas un cœur brisé et contrit. »

Le culte qui plaît à Dieu

  1. Quelques précisions s’imposent d’emblée :
  • Il n’est pas question d’offrir un culte sacrificiel, visant à compléter l’œuvre de Jésus à la croix.
  • Pas davantage un culte visant à se dévaluer, se rabaisser à nos yeux et à ceux des autres, nier ses qualités, sa valeur (nous avons une très grande valeur aux yeux de Dieu) ; pas question non plus de s’autocritiquer ni de se flageller moralement ou physiquement.
  • Un cœur brisé et contrit, c’est un cœur qui n’est pas orgueilleux, qui sait qu’il dépend de Dieu et de sa bonté, de sa grâce, de son aide, de son secours ; un cœur qui sait que si Dieu retire sa main, nous sommes perdus. « Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ! » 1 Corinthiens 10/12
  • C’est donc un culte d’intention bien plus que de formes extérieures ou religieuses. On est très loin des cultes liturgiques ou des gestes sont répétés par habitude et coutume, loin des cultes de posture.
  • Ce  point nous ramène aux paroles de Samuel à propos de David : « L'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Eternel regarde au cœur. » 1 Samuel  16/7

 

  1. Le culte qui plaît à Dieu : Luc 18/10 à 14
  • Beaucoup de choses sont absentes de ce texte, des choses qui sont très importantes pour nous. C’est une réalité que nous cherchons souvent dans la pratique du culte ce qui nous plaît : la dernière tendance, je cite « une bonne louange » c’est-à-dire un culte, animé par des musiciens et des chanteurs, qui nous plaît à nous
  • A quelle dénomination appartenaient ces 2 hommes, le nom de leur religion ?
  • Combien y avait-il de gens au culte ?
  • C’était quoi le péché du second ou ses péchés ? Etait-il défavorablement connu de l’assemblée et des autres ?
  • Qui était le pasteur ? Qui faisait la louange ?
  • Bref des choses importantes pour nous mais pas pour Dieu en tout cas secondaire pour lui.

 

  1. Deux hommes qui prient :
  • Bon, les deux prient, les deux viennent au culte, les deux croient en Dieu, les deux sont membres d’une communauté….que demande le peuple ?
  • L’un va offrir un culte agréable à Dieu, parce que c’est son cœur qui adore, qui parle, qui est contrit et brisé, qui le rend conscient de ce qu’il est, de ce qu’il vaut, de ce qu’il ne mérite pas.
  • Alors que malheureusement, l’autre passe à côté de son culte ; non pas que Dieu n’ait pas entendu, mais il n’a pas aimé et au moins pour cette fois il a manqué le but, raté la cible.
  • L’un est content de lui, l’autre à un cœur brisé et humilié.

 

  1. Culte agréable à Dieu : mode d’emploi
  • On l’a vu avec David, ce qui plaît à Dieu c’est le cœur qui conduit à l’adoration. Sans doute l’homme de la parabole fait-il la plus belle prière d’adoration qui soit : « Ô Dieu soit apaisé envers moi qui suis un pécheur » !
  • Jean 4/24 : « Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité. » Un culte spirituel certes, mais aussi pratique : l’adorateur ne vole pas son patron, ne frappe pas sa femme ni de maltraite ses enfants
  • Michée 6/8 : « On t'a fait connaître, ô homme, ce qui est bien et ce que l'Eternel demande de toi, c'est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde et que tu marches humblement avec ton Dieu. » ! Simple mais si éloigné parfois de notre pratique du culte.
  • Hébreux 13/15 : « Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom » un culte audible, ce qui n’est pas nouveau. Si Dieu entend nos cœurs, il aime aussi entendre nos voix.
  • Hébreux 13/16 : « Mais n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité ; car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir. » ! Dieu s’est souvenu des prières et des aumônes de Corneille (Actes 10) étonnant ! Lui a qui l’or et l’argent appartiennent, a-t-il vraiment besoin de notre argent ? Non, mais il y a conflit d’intérêts, Mammon est un Dieu qui si souvent fait de l’ombre au Seigneur de notre vie.
  • Romains 12/1 : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable » Nos corps ? Sans doute la partie de notre être la plus faible, souillée, décevante et qui n’est jamais notre allié naturel pour servir Dieu et c’est le culte qui plaît à Dieu ; nos corps avec nos fatigues, nos misères, notre maladie, nos péchés etc.

Conclusion : Un culte agréable à Dieu. Quitte à lui rendre un culte autant le faire bien, comme il le veut, comme il le souhaite, comme il l’attend, lui sera heureux et nous bénit.