img_articles

Je m’empresse de préciser, que si c’est le cas, c’est à son corps défendant, qu’il ne l’a ni cherché, ni voulu, mais avec le temps, parfois les choses échappent au contrôle d’un auteur. Parce que oui, cette question est fatalement et étroitement liée à son livre « La Vision » dont la date de publication originale est 1974. Bon, nous sommes  loin des écrits de Nostradamus publiés sous le titre « Les prophéties de Nostradamus » situés  traditionnellement entre 1550 et 1555. 

Evidemment que cette question va offusquer bien des personnes plus assidues aux prophéties en tout genre et d’où qu’elles viennent, plutôt qu’à la parole de Dieu qu’est la Bible. 

« La Vision », le livre de David Wilkerson est un ouvrage  plus que discutable sur le fond comme sur la forme. Outre le fait qu’il est très marqué par la culture paranoïaque des américains, il n’apporte pas grand chose d’important, si ce n’est des constatations qui impressionnent le reste du monde, mais qui pouvaient déjà être faites pour la plupart, dans la société américaine des années 70. Par exemple, les manifestations pour la cause gay dans les rues. Le 19 septembre 1964, pour la première fois dans l'histoire américaine, des personnes manifestent dans la rue pour les droits des homosexuels. En 1967, plusieurs centaines de personnes manifestent sur le Sunset Boulevard de Los Angeles pour la même cause. Pas besoin de vision pour comprendre que le phénomène va prendre de l’ampleur et se répandre dans le monde, comme il l’a fait d’ailleurs. 

Dès qu’un drame frappe le monde, certains vont chercher dans les prophéties de Michael Do Santo Do Silva, dit Nostradamus,  des explications, des interprétations à ses écrits nébuleux qui tenteraient à prouver….mais au fait à prouver quoi ? Qu’un gars a vu l’état du monde avant tout le monde ? Et alors ? Ce qui m’étonnera toujours c’est la vacuité de la recherche, son inutilité, parce que même si Nostradamus avait prévu tel ou tel événement, qu’est ce que cela changerait pour les adeptes du mystère que nous sommes ? Tout au plus, ce peut être troublant pour les plus faibles d’entre nous. Sinon à quoi cela sert-il ? 

Les bons et gentils évangéliques et les non moins gentils pentecôtistes se conduisent de manière aussi peu rationnelle avec les écrits de David Wilkerson, sauf votre respect et pas question pour moi de mettre tout le monde dans le même panier. Il faut nuancer, certains évangéliques et certains pentecôtistes, adeptes de sensationnalisme, de mystères, de prophéties un peu étranges, sont les adeptes de ce genre de pratiques. Ces personnes ne peuvent pas décemment (enfin pas toutes en tous les cas) se référer à Nostradamus, alors elles se sont fabriquées leur « Nostradamus à elles », David Wilkerson et son livre « la Vision ». 

On y trouve tout et n’importe quoi aussi, mais là les fans vont me tomber dessus. On peut aussi y amener ses croyances et ses superstitions personnelles et faire dire aux « prophéties » de David Wilkerson, à peu près ce que l’on veut, sans que personne ne puisse vraiment le contredire puisque que l’on est et que l’on reste dans l’irrationnel. 

J’ai bien dit « l’irrationnel » et pas le « spirituel », parce que le spirituel c’est malgré tout beaucoup plus sérieux que toutes ces affaires de prophéties écrites, mises en lignes, relayées, commentées, mais qui finalement ne servent à rien. Si ce n’est à effrayer les plus faibles, à entretenir le goût d’un mystère malsain pour d’autres, mais la finalité c’est quoi ? 

Nous apprendre que Dieu saurait toutes choses sur l’état du monde à venir, fallait-il un Nostradamus ou d’autres pour nous le dire ? La Bible toute entière met l’accent sur le fait que Dieu connaît toutes choses sur le passé, le présent et l’avenir, n’est-ce pas suffisant ? 

Si vous voulez vraiment être étonnés, surpris, voire troublés par le côté prémonitoire de certaines œuvres, je vous recommande le film de Steven SODEBERGH, CONTAGION, sorti en 2011 et qui pour le coup décrit avec forces détails une épidémie de Coronavirus plus vraie que nature. Vous pouvez aussi relire dans un autre registre,  Astérix et la Transitalique, 37e aventure de la saga créée par René Goscinny et Albert Uderzo, se déroulant chez nos voisins transalpins et mettant en scène un certain Coronavirus. Accompagné de son fidèle compagnon Bacillus et champion dans son domaine, il est particulièrement acclamé par la foule (2017). Mais bien étonnant encore le   roman "Les yeux des ténèbres", de Dean Koontz. L'auteur américain évoque dans ce livre un mystérieux virus nommé "Wuhan-400" datant de 1981. Les scénaristes et romanciers n'ont peut-être pas plus prophétisé que David Wilkerson finalement, ils ont été inspiré par l'air du temps c'est tout.

La crise que nous traversons actuellement, sur laquelle on peut s’étendre à ne plus en finir, rentre dans le cadre de ces prophéties « généralistes » qui sont un peu fourre tout. Eh oui, Jésus a dit qu’il y aurait des épidémies,  « des pestes » précisément (Matthieu 24/4 à 7) ou encore dans Apocalypse 6/8,  et alors ce n’est ni nouveau, ni plus actuel aujourd’hui que du temps de la Peste Noire (1347-1353). 

A partir de là, certains « petits malins » vous expliqueront avec force arguments que la Bible parle déjà du Coronavirus et que ceux qui ne comprennent pas sont des mécréants, des apostats de la pire espèce et des gens déchus de la grâce et tout ceci en citant la Bible :  « Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. » (Matthieu 19/11). Rien que ça ! Donc si vous osez remettre en question les dires et les écrits de ces gens-là, on vous sabre en vous expliquant  que vous ne faites pas parties des initiés ! Bah tiens !

Moi je vois surtout des interprétations plus que douteuses des textes bibliques qui me renvoient à ce goût pour l’étrange, le mystérieux, le bizarre, et parfois le loufoque, voire le franchement grotesque.  Et pendant que nous perdons notre temps à considérer, à chercher, à interpréter, à courir derrière la dernière prophétie en date, nous manquons le but principal, prier pour la guérison des nations, pour leur salut, mais cela ne semble pas déranger du tout les « chercheurs de mystères ».

Le goût pour les fables n’est pas nouveau, Paul le dénonçait déjà : « En exposant ces choses au frères, tu seras un bon ministre de Jésus Christ, nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as exactement suivie. Repousse les contes profanes et absurdes. » (1 Timothée 4/6 et 7), mais encore  et à propos de la génération vivant les derniers temps : « Ils détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables » 2 Timothée 4/4 et même l’apôtre Pierre montera au créneau contre ces égarements : « Ce n'est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ, mais c'est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux. »  2 Pierre 1/16. 

Alors, oui à la prophétie biblique et non aux fables que certains véhiculent de manière "sincère" mais naïve pour quelques-uns et franchement malhonnêtes pour beaucoup d’autres. Et puis ce goût pour "le mystérieux "chez les humains peut vite devenir pénible, encore plus quand il s'agit de croyants que les prophéties bibliques n'intéressent plus et qui vont chercher ailleurs de quoi émoustiller leur imagination. Dans des livres à l'inspiration plus que douteuse, sur Internet ou "la prophétie" loufoque abonde ou dans des vidéos de cultes filmés ou des charismes destinés aux personnes présentes (du moins selon les principes bibliques) sont divulgués publiquement sans la moindre honte, on jette facilement ses perles aux pourceaux de nos jours. 

Samuel Foucart