Discerner la voix du Saint Esprit

texte_podcats_formate

1 Corinthiens 12/10

Introduction : « Un autre sait faire la différence entre ce qui vient de l’Esprit Saint et ce qui ne vient pas de lui » ! A partir de là, la question se pose : 

« Quelle voix  se fait entendre dans l’église ? »

1/ Des voix qui n’ont rien à faire dans l’Eglise, chez les gens remplis du Saint-Esprit :

  • Même si ce que je vais dire semble évident pour la plus part d’entre nous, un rappel est nécessaire, surtout des temps qui courent et avec les grands mélanges venant d’ici ou là :
  • 1 Samuel 28/12 à 19 : la voix des morts n’a rien à faire dans l’église ; pas davantage que la voix des spirites ou des magiciens. La frontière est mince entre le monde spirituel de Dieu et celui de l’enfer. Dire que ces gens là n’ont aucun pouvoir serait une erreur ; le message est spirituel, mais porteur de mort, incomplet, cachant une part de vérité. 
  • Les esprits, qu’ils soient de la forêt, de la mer, des eaux, des animaux, des morts ou des ancêtres,  ou que sais-je encore n’ont rien à dire dans l’église de Jésus-Christ. Le grand mélange de genre consistant à ramener certaines croyances propres à l’occultisme dans la pratique de la foi et de la piété évangélique (l’animisme).
  • On a exactement le même schéma dans Actes 16/16 avec la femme pythoniste qui pouvait deviner ce que les autres pensaient rien qu’en les regardant. Vous noterez qu’elle prédisait l’avenir, dans une certaine mesure en occultant une grande part de ce qui n’appartient qu’à Dieu et en s’appuyant sur une vérité tronquée. 
  • La voix des religieux, Actes 19/13 à 16 ! Voilà ce que produit la religion humaine, de la pâle copie du véritable. Ce qui effraye les démons, c’est le nom de Jésus, c’est sa présence, pas nos beaux discours théologiques. On ne discute pas avec les démons, on les chasse et puis c’est tout !
  • Un autre aspect d’une voix qu’on ne veut pas entendre dans l’église c’est dans  Matthieu 16/22 qu’on la trouve : « Pierre, l'ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit : A Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t'arrivera pas ». C’est la voix de l’humanisme, des bons sentiments, du positivisme, de la bien-pensance. Jésus est très sévère avec cette voix là et il l’associe au diable lui-même.

 

2/ Quelle voix pour l’église de Jésus-Christ ? 

  • En d’autres termes qui a le droit de parler dans l’Eglise ? Je pense que vous serez d’accord pour dire avec moi et avec l’homme de Dieu : « Enseigne-moi à faire ta volonté! Car tu es mon Dieu. Que ton bon esprit me conduise sur la voie droite! » Psaume 143/10, le bon Esprit de Dieu ! 
  • Mais alors et de manière très pratique et très concrète, comment la voix du bon Esprit de Dieu se fait elle entendre ?  Il y a plusieurs créneaux et cela me semble bien de les rappeler brièvement :
  • Sans doute faut-il rappeler ceci avant toute autre chose : « Et moi aussi, je crois avoir l'Esprit de Dieu. 1 Corinthiens 7/2. Il n’y a pas une personne remplie du Saint-Esprit dans l’Eglise ! 

 

3/ Les canaux utilisés par le Saint-Esprit ?

  • Celui qui connaît le mieux l’Esprit de Dieu et celui qui connaît le mieux l’esprit de l’être humain en qui il habite c’est le Saint-Esprit. La voix du Saint-Esprit va donc se faire entendre régulièrement à notre âme, à notre cœur, à notre conscience, à notre mémoire. Soyons de ceux qui reconnaissent cette voix, qui la connaissent un peu comme David reconnu le bruit de pas de Dieu dans la cime des muriers. 
  • Evidemment que la prédication inspirée de la Parole de Dieu est l’occasion pour Dieu de parler ; mais encore faut-il que la prédication ne soit pas un discours religieux plat et là c’est autant la responsabilité du prédicateur que de l’auditoire (prier pour cette onction). 
  • Mais au-delà de la prédication, la simple lecture de la Parole de Dieu est l’occasion pour le Saint-Esprit qui l’a inspiré, de nous parler, chaque fois qu’il le faudra de manière personnelle. Attention là encore aux dérives consistant à toujours vouloir que Dieu nous parle tous les jours de la même manière etc.  Le logo (quotidien) et le rhema (très rare)
  • Les dons spirituels qui ne sont en rien abolis comme certains nous le racontent ; que ce soit les dons vocaux, dont la prophétie ou les autres dons du Saint-Esprit répertoriés en 1 Corinthiens 12. Ils sont tous l’occasion pour le Saint-Esprit de s’exprimer librement dans l’église ; alors comme il est impossible de faire d’omelette sans casser des œufs, il y a parfois des ratés, des gens qui veulent être gentils et qui utilise ce canal là pour le dire ; ou d’autres qui règlent leurs comptes  ou d’autres encore qui sachant une situation vont l’utiliser pour jouer aux prophètes. 
  • Les songes et visions, qui sont aussi le produit de l’occultisme et de la psychanalyse : 3 sources possibles : Actes 2/ 17
  • Dans le cadre de la prédication, il y a aussi cet aspect de la parole de connaissance qui dévoile une situation, un cœur, une vie. 
  • Celui qui connaît les pensées secrètes des cœurs c’est le Saint-Esprit et comme il est bon nous n’avons rien à craindre de son action ; d’ailleurs c’est là que ce fait la différence entre la voix des pseudos prophètes qui trouble, inquiète, effraye et celle du bon Esprit de Dieu qui rassure, console, encourage et fortifie. On reconnaît l’arbre à son fruit !
  • La prière des autres est l’occasion pour le Saint-Esprit de parler au milieu de nous. C’est sans doute pour cela que les enjeux étant tels, si le diable arrive à faire taire l’église en la faisait uniquement chanter il est content ! Quand nous élevons notre voix pour prier, pour adorer, pour louer Dieu nous accomplissons l’un des commandements de Jésus : « Vous serez mes témoins » ! Le Saint-Esprit parle et ce qu’il dit par vous est bon ; parfois maladroit, parfois dit avec des mots petits, d’une petite voix,  parfois avec des fautes de français, certes, mais c’est bon ! 
  • La voix du Saint-Esprit se fait entendre dans un entretien, une conversation parfois, souvent, anodine ! Bien entendu la voix du Saint-Esprit se fait aussi entendre par les chants et là encore c’est étonnant et surprenant à quel point Dieu sait y faire.