Jésus le Fils de David et Bartimée

texte_podcats_formate

Marc 10/47

Introduction : on peut légitimement s’étonner de la connaissance qu’avait Bartimée de Jésus. Il ne semble pas avoir été un « pilier » de synagogue, de part sa situation de vie, mais sans doute lui avait-on parlé simplement de Jésus. Qu’il appelle Jésus : « Fils de David » n’est pas anodin. David, est un tueur de géant et Bartimée a besoin de triompher de bien des géants dans sa vie, sur sa route, dans son cœur. Tout comme vous et moi !

  1. Le géant MALADIE !
  • Indéniablement Bartimée et son handicap font corps, ils sont indissociables. Avez-vous remarqué que l’on parle de « son cancer »comme de « moncancer » ou alors de « monpsychiatre » ou « mathérapeute » ! C’est la personnalisation de la maladie !
  • On associe Bartimée uniquement à son handicap alors que dans l’Evangile, c’est un miraculé. Un géant terrassé dans sa vie par le fils de David Jésus le tueur de tous nos géants ! Le mal de Bartimée n’évoluait plus, il stagnait, s’était installé à demeure. Jésus va le déloger !
  • La maladie est un géant dans la vie de l’être humain, certaines sont « définitivement » plus fortes que nous ; dans la société, chez les médecins qui la diagnostiquent : « Rien à faire », c’est à un géant que vous avez à faire ! Oui mais Jésus  triomphe de tous les géants, quelque que soient leurs noms, leurs anciennetés, leurs virulences, leurs influences !

 

  1. Le géant MALHEUR !
  • On ne sait pas ce qu’avait été dans le détail la vie de Bartimée, mais rien que son nom laisse augurer que son enfance d’handicapé avait fait de lui quelqu’un de rejeté ; il n’a même pas de nom, de prénom, il ne compte pas, on ne le calcule pas, on l’ignore, il compte pour du beurre !
  • « Quand le malheur passe comme un torrent » Nahum 1/8 ! Mais notre vie sans Dieu, notre famille sans Dieu, sans sa grâce, sans sa protection, fait que le malheur ne fait pas que passer, il s’arrête, s’installe à demeure, reste ! Impossible de le mettre dehors, il est chez nous, chez lui ! C’est un opportun qui s’incruste !
  • Le malheur, on a tout essayé pour le déloger de notre vie, de notre famille ; il se transmet on ne sait pas comment, de génération en génération, c’est un géant, grand, lourd, pesant ; l’occultisme ne le fait pas bouger au contraire, les pratiques magiques non plus, les superstitions religieuses encore moins, la rationalité et la bonne volonté pas plus ! Seul Jésus terrasse ce GEANT là ! Jésus le tueur de malheur, dans ma vie, celle de mes enfants, de mes parents, de ma famille ! En finir avec la fatalité du malheur !

 

  1. Le géant des COMPLEXES !
  • Bartimée, avez-vous remarqué comment les gens lui parlent ; il fait partie du décorum de Jéricho, mais on croit pouvoir se permettre de lui parler n’importe comment et d’ailleurs on lui parle mal et il doit être habitué à ce genre de paroles abaissantes, humiliantes, blessantes !
  • Les gens qui vous ont connu tout petit, souvent vous méprisent sans le vouloir ! A force d’entendre certaines paroles, empreintes d’une certaine vérité (relative) on fini par y croire, y penser, y repenser, les ressasser, s’en nourrir inconsciemment et le géant s’est installé !
  • Lorsque Bartimée crie au Fils de David, lorsqu’il s’adresse à Jésus il doit encore subir les mêmes mots, les mêmes phrases, le même mépris ! Des mots et leur pouvoir ! Des mots qui font mal, qui détruisent, sclérosent, bloquent, brisent ! C’est d’ailleurs le premier géant qui sera vaincu par Jésus, par la seule présence de Jésus ce jour là dans la vie de Bartimée ! Aujourd’hui il n’écoute plus ! La mort et la vie sont au pouvoir de la langue !