En sorte que vous n'ayez pas d'ennuis

texte_podcats_formate

Matthieu 28/14

« En sorte que vous n’ayez pas d’ennuis »

Introduction : j’aime cette idée que l’Evangile met en évidence, mais qui vaut la peine d’être appréciée à sa juste valeur.

  1. Une intention louable
  • Lorsque l’on fait une lecture rapide de l’Evangile on peut à priori, trouver que les intentions de ces responsables religieux et politiques sont bienveillantes.
  • Personnellement je suis toujours favorable à l’idée d’éviter des ennuis aux personnes, non pas dans l’intention de cacher la vérité, mais pour aider, secourir, relever, donner une autre chance.
  • Sauf que dans ce cas les intentions n’ont rien de morales ni de louables, bien loin s’en faut et ce ne sont pas les intéressés qu’on cherche à aider et à protéger, mais c’est un mensonge qu’on veut travestir en vérité.
  1. La pire des manières d’éviter les ennuis aux gens
  • Soudoyer ces personnes pour qu’ils se taisent, pour qu’ils mentent est sans aucun doute la pire des façons d’aider et de vouloir éviter des ennuis. A terme les ennuis seront là.
  • Aider les autres, avec le noble objectif de leur éviter des ennuis, en mentant est une grossière erreur ! Il vaudra mieux ne rien dire plutôt que de mentir, d’organiser le mensonge, de construire une vérité bancale est sans aucun doute la pire des façons de vouloir éviter les ennuis aux autres ; et pourtant c’est encore très répandu.
  • Le mensonge est séducteur ; mentir peut paraître dans un premier temps comme la sortie de secours idéale, avant que nous ne rendions compte que c’est une terrible impasse d’où il est impossible de sortir intact.
  • Le mensonge sous toutes ses formes, la somme versée, le mensonge organisé, les instructions, les ordres sont une aide provisoire et une arme à double tranchant. Dans un premier temps on calmera peut-être les choses mais tôt ou tard la vérité éclatera au grand jour.
  • On n’aide pas les autres, on ne leur vient pas en aide, en trichant, en mentant, en se mentant.
  1. Ce qui nous amène à considérer la bonne manière d’éviter des ennuis aux autres
  • Vous l’aurez compris, la vérité c’est le bon moyen, au moins à notre échelle humaine. Je veux éviter des ennuis à l’autre, alors parlons vrai, disons-nous tout et dans la mesure du possible et si c’est possible couvrons la faute, par amour : « L’amour couvre toutes les fautes » ! La vérité libère, le mensonge enchaîne ! Voilà l’Evangile de Jésus qui prône la repentance et le pardon.
  • Bien au-delà de la religion des hommes, Dieu est celui qui « veut nous éviter des ennuis » et pour cela il nous a donné Jésus, qui est au centre de tout ce récit, mais que les religieux veulent absolument occulter. C’est lui qui vient à notre secours quand nous avons des ennuis ; il le fait miraculeusement, ou bien par le biais des autres peu importe, mais il le fait.
  • Jésus ressuscité, le vainqueur de la mort, n’est dépassé par aucune situation pouvant provoquer des ennuis dans notre vie. Le mensonge est porteur de mort, Jésus est porteur de vie. Jésus vivant aujourd’hui est celui qui nous déclare « afin que vous n’ayez pas d’ennuis » !
  • David disait en son temps : « Jusqu’à quand aurais-je des soucis dans mon âme », Psaume13/1 et 2. Mais David, tant que tu seras sur la terre. Mais Jésus est au ciel où il a reçu tout pouvoir de la part de Dieu « afin que vous et moi nous n’ayons pas d’ennuis » ou du moins que nous soyons délivrés de nos ennuis, de ce qui nous ennuie, de ce qui nous soucie, nous tracasse, nous angoisse : « Déchargez-vous sur Jésus de tous vos soucis » !
  • Les femmes du début de ce récit avaient un très sérieux souci, elles avaient des ennuis avec une grosse pierre qui obstruait leur journée (pour nous un rendez-vous, un diagnostic, une information, une dispute) cette grosse pierre, qu’elles ne pouvaient ni ne savaient rouler, assombrissait leurs pensées, leur culte à Dieu. Elles avaient des ennuis ! Elles auraient pu s’arrêter et se morfondre, mais non. Et sans le savoir elles nous aident à comprendre comment Dieu s’y prend avec nos ennuis, avec ce qui nous ennuie :
  • 1° Dieu sait quels sont mes ennuis, quelle est leur taille, leur poids même avant que nous le lui en parlions ! 2° Dieu fait infiniment au-delà de ce que nous demandons ou pensons, la preuve, elles arrivent et Dieu s’est occupé de leurs ennuis. 3° Dieu n’a pas trop besoin de nos conseils, même amicaux pour faire en sorte que nous n’ayons plus d’ennuis, il a ses propres méthodes, pas toujours orthodoxes certes, mais ce sont les bonnes !

Conclusion : bien au-delà de l’aspect négatif de ce texte, ces gens mettent en évidence l’Evangile du Dieu qui nous délivre de tous nos ennuis. Sachez-le que vos ennuis soient professionnels, familiaux, financiers, affectifs, sentimentaux, de santé ou autre, Dieu nous a donné Jésus afin de faire « en sorte que nous n’ayons pas d’ennuis » !