Jésus Emmanuel

texte_podcats_formate

Matthieu 1/23 et Matthieu 28/20

« On lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. »

« Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. »

  1. Dieu avec nous
  • C’est l’accomplissement de l’antique prophétie d’Esaïe qui s’accomplit avec la naissance de Jésus :
  • « C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. » Esaïe 7/14
  • Cela peut troubler certaines personnes, de savoir que Jésus portait plusieurs prénoms, au moins deux, Jésus qui signifie « Dieu sauve » et Emmanuel « Dieu avec nous » !
  • Pourtant vous et moi avons au moins un prénom mais la plupart du temps c’est deux, trois voir quatre.
  • Et de ce fait il y a tout le programme de Dieu pour notre salut qui se révèle au travers de ces deux noms : Dieu veut nous sauver pour l’éternité et c’est l’essentiel, mais aussi chaque fois que cela sera nécessaire, dans toutes nos situations difficiles, délicates, dangereuses.
  • Et pour que son salut soit effectif, durable, quotidien, Jésus ne se contentera pas d’être le sauveur d’un jour, mais il est Emmanuel, Dieu avec nous, celui qui garantit la qualité du salut, qui lui permet de perdurer dans le temps, de s’accomplir au quotidien.
  1. Dieu avec nous, mais encore ?
  • La bonne nouvelle c’est que l’Evangile s’ouvre sur ce nom d’Emmanuel, c’est donc l’expression de la volonté parfaite de Dieu pour l’être humain. Il veut être avec nous tous les jours. Quelle bonne nouvelle de savoir que si l’Evangile s’ouvre avec ce nom-là, il se referme avec la promesse de Jésus Emmanuel d’être avec nous tous les jours.
  • Dieu n’est plus contre nous. Jusqu’à la naissance de Jésus l’humanité avait Dieu contre elle à cause de son péché, de sa méchanceté, de son orgueil. Jésus n’est-il pas mort pour ses ennemis et non pour ses amis. Ennemi de Dieu, ce n’est jamais un bon calcul !
  • Dieu a souvent été perçu comme étant loin de nous ; loin dans son ciel, loin de nos préoccupations, de nos petits soucis, de nos misères, de nos peurs, de nos angoisses et la religion dans sa globalité a largement favorisé cette image, fausse pourtant. Mais il fallait concrétiser la proximité divine, sa volonté de nous accompagner dans toutes nos peines, c’est par Jésus qu’il le fait. Dieu s’est approché de nous.
  • Dieu au-dessus de nous ; « il est parfait, il est dans un monde idéal, il n’est pas soumis aux misères de la terre, il tire les ficelles, décide de notre mort, nous envoie des malheurs pour nous punir et il est puissant et menaçant ; de plus il est à l’origine de tous les maux du monde ». Je résume mais c’est ce que la plupart des êtres humains pensent de lui. La prière profane de Jacques Prévert : « Notre Père qui est aux cieux, restez-y », n’a heureusement pas été exaucée et ne le sera jamais !
  1. Dieu avec nous, oui mais ?
  • Jésus prononce ces paroles d’Emmanuel : « Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde » tout à la fin du texte évangélique, ce sont ces dernières paroles ici-bas et ce n’est pas rien.
  • C’est ce que Dieu veut « être avec nous » dans les belles journées de fêtes, quand il fait beau, quand la joie est au rendez-vous, quand on est tout disposé à la foi, à la prière, à le rechercher. Tout va bien, Dieu est avec nous !
  • Sans être négatif le moins du monde, des jours, où tout va bien où tout est rose, parfaitement agencés pour notre bonheur, notre bien-être, etc. sont finalement très rares. « Jacob répondit à Pharaon : les jours des années de mon pèlerinage sont de cent trente ans. Les jours des années de ma vie ont été peu nombreux et mauvais » Genèse 47/9.
  • Dans les jours où tout va mal ou semble allez mal, Jésus Emmanuel n’est pas moins avec nous ; dans les jours de maladie, de deuil, de crainte, d’angoisse, de déception, de trahison, où le courage nous abandonne, où nous doutons de tous et surtout de lui, Jésus reste Emmanuel, Dieu avec nous.
  • Et puis il y a tous ces jours « neutres », ni joie, ni crainte, peut-être les plus nombreux finalement, rien ne bouge, pas de changement en vue, pas la moindre once de vent pour faire avancer les choses, pas d’exaucement, on ne ressent rien quand on prie, on ne trouve plus trace de lui dans notre parcours de vie. Nous aurait-il oubliés ! Ah mais pas du tout il est et reste Jésus Emmanuel Dieu avec nous.
  1. Pour connaître Jésus Emmanuel  et pour vivre sa promesse :
  • Il y a des règles simples ; la première c’est de lui donner notre vie sans restriction, de décider de le suivre, de lui obéir, de marcher avec lui.
  • La seconde, universelle, pour que quelqu’un soit avec nous, il faut que nous soyons avec lui. C’est tellement logique et pourtant. Tant de gens se plaignent de ne pas connaître Jésus Emmanuel, Dieu avec nous, mais ils ne font jamais l’effort d’aller avec lui dans la prière, dans la lecture de sa parole, dans une vie piété personnelle. Matthieu 6/6
  • Quand tout va moins bien, même parfois franchement mal, il nous appartient de revenir aux fondamentaux évangéliques et de rappeler à Dieu que son Evangile s’est ouvert sur Jésus Emmanuel et se referme sur la promesse de Jésus Emmanuel. Dieu le sait très bien mais comme il aime entendre notre foi en action, en parole, en prise de position.
  • Cessons de nous fiers à nos impressions, Dieu est plus grand que nos impressions : « J’ai l’impression que Dieu m’a abandonné » ! Impossible, Jésus a été abandonné à la croix, pour que plus jamais nous n’ayons à l’être. Peut-être l’avons-nous abandonné nous, mais l’inverse est impossible !
  • N’écoutons pas trop ce que la religion raconte à ce sujet, ni et peut-être encore moins, ce que notre monde peut dire, la base de notre foi c’est l’Evangile et il est encadré par la description d’Emmanuel et sa promesse, c’est suffisant.
  • Dieu est avec vous aujourd’hui, quelle date sommes-nous, souvenez vous en, rappelez-le à votre foi, à votre âme, à votre conscience et si nécessaire aux autres.