img_Pensée_du_jour

« Ceux qui précédaient et ceux qui suivaient Jésus, criaient : Hosanna au Fils de David, Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna dans les lieux très hauts » Matthieu 21.9

« Ils crièrent encore plus fort : Crucifie-le » Marc 15.14

Ils sont à plaindre, ceux qui ne vivent que d’après l’opinion publique, via les sondages d’opinion, les médias, ou la publicité. Elle n’est ni fiable, ni sérieuse. En une semaine, l’opinion publique présente lors de l’entrée de Jésus à Jérusalem s’est totalement renversée pour crier le contraire. À la croix, l’opinion publique crie haut et fort.

Et pourtant, l’opinion publique n’a jamais été autant sollicitée qu’aujourd’hui. On lui donne la parole dans les médias, on se fie à son influence dans les programmes, on organise pour elle des sondages à n’en plus finir. L’opinion publique est une bavarde, qui parle souvent pour ne rien dire. Mais le drame, c’est qu’on l’écoute.

Je sais que c’est facile à écrire, et beaucoup plus difficile à vivre, mais entre l’opinion publique et l’opinion céleste, mon cœur ne balance plus depuis longtemps.

L’opinion publique va se moquer de la foi vivante en estimant qu’elle n’est en rien rationnelle, ni raisonnable et qu’il faut être bien bête pour croire qu’un Dieu serait capable de secourir, de guérir, de relever et de délivrer qui que ce soit. Quoi qu’en dise l’opinion publique, ce Dieu-là je le connais, et j’ai vu son œuvre en moi et autour de moi.

L’opinion publique s’est si souvent trompée, lorsque dans le cadre d’un procès elle réclamera la tête de quelqu’un, qui sera innocenté plus tard, lorsqu’elle jugera, à l’emporte-pièce sur de simples ouï- dire, un être humain. Ou lorsqu’elle condamnera sans savoir, en criant à tue-tête, tout simplement parce que le plus grand nombre crie dans ce sens.

Voilà pourquoi Dieu s’adresse à l’individu, à son cœur, et qu’il n’adresse même pas la parole à cette opinion publique sans cervelle. D’ailleurs, je me demande si le texte du livre des Proverbes 9.13) à propos de la stupidité ne concerne pas l’opinion publique, tant on y retrouve des traits communs.

Vivez votre vie en apprenant à penser par vous-mêmes. Ne vous laissez plus influencer par des racontars invérifiables, présentés comme des vérités religieuses (souvent sectaires) politiques ou médiatiques. Ne laissez personne vous dicter votre conduite, soyez libres et restez y.

Principalement en ce qui concerne la religion et le sectarisme, l’opinion publique n’y va pas de main morte. Si j’osais j’ajouterai que la France lui donne souvent libre court. Telle vérité approximative assénée par de prétendus spécialistes dans un média ou un autre devient vite vérité historique. Quelqu’un disait « on est tous la secte de l’autre » et c’est juste. Les pratiques sectaires sont tellement plus insidieuses qu’on ne l’imagine .Si il y a des sectes avérées et légitimement dénoncées, l’esprit sectaire peut aller faire son nid jusque dans les religions officielles. Et là il n’est plus question de « sanctifier » certaines pratiques parce que l’opiniojn publique a décrétée qu’il s’agit de catholicisme, du protestantisme, du judaïsme ou de l’islamisme. A nous d’exercer notre libre arbitre et d’entretenir affuté notre capacité de critique positive et objective.

Elle encense, puis elle crucifie. Même Dieu s’en méfie, alors nous, à plus forte raison. Préoccupez-vous de l’opinion du ciel, cherchez la face de Dieu au quotidien et vous aurez beaucoup  plus de recul par rapport à la pensée unique que l’opinion publique cherche à imposer.

 

Samuel Foucart