10/ Le top 10 des plus belles prières : "Tire mon âme de sa prison"

texte_podcats_formate

Psaume 142/7  :  « Tire mon âme de sa prison »

Introduction :   C’est la 8ème prière que nous  allons découvrir. L’âme pèserait 21 grammes tout au plus ; elle est fragile, centre de nos émotions ; souvent écrasée entre les exigences de notre corps et celles de notre esprit (nos aspirations). Un peu comme l’hirondelle dont le poids est à peu près équivalent, elle est enfermée dans un nid d’argile. 

  1. On ne va jamais en prison pour rien
    • S’il peut arriver parfois que l’on jette un être humain en prison par erreur, cela n’arrive jamais avec l’âme humaine.
    • On va en prison quand on a gravement manqué à la loi et qu’on s’est fait prendre. On va en prison pour quelles raisons ?
    • Il est étonnant de considérer qu’il en va exactement de même pour notre âme.
  2. Pourquoi notre âme peut être en prison ?
    • Qui nous accuse ? D’abord notre conscience (Jean 8/9) ! Etonnant de constater dans notre monde matérialiste le rôle important de la conscience. Combien d’auteurs de crimes se sont dévoilés eux-mêmes, accusés par leur conscience ?
    • Notre cœur : (1 Jean 3/20) : « si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. »
    • La religion nous condamne et veille souvent à entretenir une forme de culpabilité, qui est souvent son fonds de commerce.
    • La morale humaine avec ses règles, parfois hypocrites mais jamais dénuées d’un certain fondement. Tout ce qui est légal n’est pas forcément moral.
    • Le diable, aussi appelé l’accusateur : « Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l’ange de l’Eternel, et Satan qui se tenait à sa droite pour l’accuser ». N’en doutez pas, l’enfer, l’occultisme culpabilisent l’être humain jusqu’à le pousser au suicide.
    • La loi des hommes ; si l’évangile pardonne tout et tous, en tous ceux et celles qui se repentent devant Dieu, il n’empêche qu’il faut parfois répondre devant la loi des hommes.
    • Les lois de Dieu nous accusent ; c’est aussi ce que Job appelait les « lois du ciel », non seulement celles qui régissent l’univers, mais celles destinées à régir en bien notre humanité, notre propre vie.
    • La justice de Dieu et sa parfaite sainteté nous accusent.
    • Les autres jouent souvent un rôle d’accusateur bien malsain.
    • Et enfin nous-mêmes.
  3. Comment se concrétise cette mise en prison de l’âme ?
    • Paul parle des pensées captives ; nos pensées sont enchaînées aux actes mauvais que nous avons commis, aux conséquences possibles, probables ou imaginaires. Nous ne pensons plus qu’à cela ! Notre âme est en prison.
    • La culpabilité est indéniablement une forme de cachot terrifiant, d’où il est quasiment impossible de sortir sans faire cette magnifique prière. On peut se sentir coupable de tout et rien ; de choses authentiques et d’autres fausses.
    • Par exemple, tromper son conjoint, ne jamais être découvert, ne pas avoir besoin de mentir pour se disculper devrait nous laisser de marbre et bien pas du tout ! Tôt ou tard, la culpabilité remonte à la surface et happe notre âme pour la jeter au cachot. Voler, tuer, mentir, que sais-je encore ?
    • Quand quelqu’un dont l’âme est en prison va consulter un médecin, en général celui-ci diagnostique une dépression et ce n’est pas faux du tout ; les médicaments sont alors l’équivalent d’une lime à ongle pour scier des barreaux d’acier.
  4. Notre âme peut-elle sortir de sa prison ? Et si oui, comment ?
    • On va chercher à « s’évader » provisoirement avec l’alcool, la drogue, les fêtes, l’amusement, les loisirs, les occupations, le jeu etc.… L’être humain est fait pour la liberté.
    • La réponse est oui ! Voir notre âme sortir de sa prison est réservé à ceux et à celles qui font monter cette prière vers Dieu ; non pas par superstition ou magie, mais de cœur.
    • Inutile de vous dire que Jésus nous propose une évasion dans les règles ; pas question de prétendre être juste d’une manière ou d’une autre ; nos accusateurs ont raison très probablement ; mais lui a pris sur lui notre condamnation à la prison à vie ; notre jugement de culpabilité ; il a payé à la croix et pour ceux et celles qui cherchent auprès de lui un recours, un secours, ils sortent de toutes leurs prisons.
    • Il n’est jamais question de réclamer un autre procès, un procès d’appel ou une révision de procès qui nous innocenteraient ; nous sommes authentiquement coupables, c’est ce que la Bible nomme le péché ! Mais quelqu’un a effectué la peine pour nous, Jésus à la croix !
    • Pour que notre âme sorte de sa prison, il faut avant tout abandonner toutes formes d’excuses, ne plus chercher à se justifier, arrêter de se mentir à soi même, renoncer à des avocats philosophiques, religieux, humanistes, et choisir pour notre vie le seul avocat qui n’a jamais perdu une cause qu’il défendait : JÉSUS !
    • Ce sont des valeurs évangéliques : la repentance ; la foi ; la grâce de Dieu ; le sang précieux de Jésus ; la croix de Jésus ; sa mort et sa résurrection qui sortent notre âme de sa prison.

Conclusion :    Attention, nous ne serons ici bas, jamais rien d’autre que des évadés, recherchés par nos accusateurs ; restons donc toujours à proximité de ce Jésus qui nous délivre de la prison dans laquelle on rêve de nous enfermer de nouveau.