"La confiance c'est croire dans la fidélité de l'autre"

texte_podcats_formate

Luc 18/8, Psaume 13/5 et Lamentations de Jérémie 3/22 et 23

« Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

« Moi, j'ai confiance en ta bonté, J'ai de l'allégresse dans le coeur, à cause de ton salut; 6 Je chante à l'Eternel, car il m'a fait du bien. »

« Les bontés de l'Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme; 23 Elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande! 24 L'Eternel est mon partage, dit mon âme; C'est pourquoi je veux espérer en lui. »

  1. La question de la foi et la foi en question.
  • C’est Jésus qui s’interroge sur ce sujet et je ne pense pas qu’il s’interroge sur le monde, sur la terre mais bel et bien sur l’Eglise. C’est d’abord là qu’on est censé trouver la foi. 
  • La qualité de la foi est aussi implicite dans la question. Il s’agit bien de la foi qui nous sauve, nous réconcilie avec Dieu, de la foi en Jésus-Christ, dans sa vie, sa mort et sa résurrection. La foi dans son Evangile, dans sa Parole.
  • Le monde est rempli de gens qui croient et ce depuis toujours ; la foi est monnaie courante, mais il y a pas mal de fausse monnaie dans ce domaine, pas mal de contrefaçon aussi, pas mal de copie ou de dérive. Croyances, superstitions, sectes, occultismes, religions sont le nid de tellement de forme de foi. Y compris dans l’athéisme où curieusement et paradoxalement, il y a la foi. 
  • « Tu crois qu'il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent. » Jacques 2/19.Ce n’est donc pas d’avoir la foi qui est important, mais en qui nous la mettons, ce que cela suppose, insinue ! 
  • Finalement « croire en Dieu » c’est juste un bon départ qui peut ne mener nulle part dans le meilleur des cas, en enfer dans le pire !

 

  1. La confiance alors ?
  • C’est David, qui saura le moment venu exprimer clairement sa foi en Dieu, qui proclame sa confiance en Dieu. Est-ce juste une nuance de sa foi ? Non, c’est un plus, indispensable à la foi, c’est même ce qui rend la foi en Dieu vivante. La foi et la confiance ne sont-ce pas deux mots qui disent la même chose ? Non !
  • Non seulement David croit en Dieu mais qui plus est, il a confiance en lui, c’est à dire qu’il croit que Dieu est digne de confiance ce qui va l’amener à le dire, à le proclamer, à le confesser de sa bouche, dans sa prière, dans ses cantiques spirituels et même dans ses écrits. 
  • Sa foi en Dieu débouche sur une confiance absolue en lui. Ce qui implique qu’il ne va pas forcément tout comprendre, tout savoir, tout expliquer de son chemin sur la terre, de ses épreuves, de ses craintes, de ses inquiétudes ; il n’échappera pas aux menaces, aux conflits, aux injustices, au harcèlement, mais au milieu de tout ceci il a confiance en Dieu !
  • Il n’explique pas tout, ne comprend pas tout ce que Dieu veut mais il sait que le Dieu à qui il a confié sa vie sait ce qu’il fait ! La confiance en Dieu c’est de ne pas prétendre lui demander des comptes pour un oui pour un non ! Je ne comprends pas, mais lui sait !

 

  1. La fidélité arrive à point nommé. 
  • C’est le prophète Jérémie qui vient compléter ce tableau avec ses paroles : « Oh que ta fidélité est grande ! » On reste dans le domaine de ce que nous appelons de manière générique « la FOI » !
  • Croire en Dieu, bon OK c’est bien, mais c’est flou, c’est vaste et même les démons en sont capables ce n’est pas un exploit en soi !
  • Croire en Dieu et proclamer sa confiance en lui, parler de sa bonté pour nous et les nôtres, c’est à dire de sa bienveillance, du fait de ne pas douter, que quand bien même l’épreuve pourrait nous atteindre, Dieu ne nous laissera pas tomber, c’et nettement mieux. Et d’ailleurs on pourrait s’arrêter là !
  • La foi vivante, celle qui plait à Dieu qui touche son cœur, qui est de la qualité réclamée par Jésus, c’est donc de croire en Dieu, d’avoir confiance dans sa fidélité. Souvent mise à l’épreuve notre foi, qui prend le relais de ce que nous voyons vient se heurter au fait que bien que nous ayons prié, crié à Dieu, supplié, jeûné et prié, humilié nos cœurs, rien n’a changé dans notre épreuve, nos circonstances, notre maladie, notre souffrance ! Rien de rien ! 
  • C’est là que la confiance en Dieu va nous amener doucement vers ce cheminement intérieur qui débouche sur un constat biblique, historique, évangélique et encore actuel : la fidélité de Dieu est grande !
  • Jésus a dû le vivre lui aussi ! A la croix, il prouve qu’il croit en Dieu en priant ; le contenu de sa prière prouve qu’il a confiance dans sa bienveillance mais il va devoir lâcher complètement prise en acceptant de mourir et de rester 3 jours au tombeau ; il fallait avoir confiance dans la FIDELITE de Dieu !
  • Il en va de même pour vous et moi ! N’en doutons jamais, quelque soit le chemin, l’épreuve, la maladie, le deuil, l’incompréhension : La fidélité de Dieu fait partie de ma foi ! Je ne me contente pas de croire vaguement en Dieu, je crois des choses précises, qui honorent Dieu !

Conclusion : Finalement la confiance c’est croire dans la fidélité de l’autre !

Sur un plan humain, relationnel, professionnel, social, familial, conjugal c’est déjà le cas, avec tous les aléas liés aux misères de l’humanité. Mais c’est encore plus vrai sur le plan spirituel.