img_Pensée_du_jour

« C’est par un baiser que tu trahis le Fils de l’homme » Luc 22.48

Il est très difficilement admissible d’envisager que Jésus ait pu connaître l’échec. Pourtant, Judas est le grand échec de Jésus.

Le Fils de Dieu était aussi parfaitement le fils de l’homme. De nature humaine, il se devait d’expérimenter toutes les souffrances que vous et moi pouvons endurer. Y compris le goût si particulier de l’échec !

Jésus, celui qui n’a jamais investi sur des pierres ou des briques, mais sur des hommes, n’a pas moins investi sur Judas que sur les autres. Il a investi de son temps, de son espérance, de sa foi et de ses intentions sur lui. Il ne l’a pas regardé comme le traître qu’il fallait inclure dans le tableau de sa passion et ce, dès le début de l’aventure apostolique. Je fais partie de ceux qui croient que Jésus ignorait la destinée de Judas, du moins dans les premiers temps.

Et pourtant, Jésus va connaître avec lui un échec cuisant. Échec qui commencera bien avant la trahison effective de cet homme. Échec parce qu’il va trahir la confiance de Jésus en volant dans la caisse. Échec parce qu’il fait partie de ceux qui ont toujours quelque chose à redire sur les méthodes de Jésus L’échec est total. Quand Jésus parle des 12 trônes qu’il a prévus pour chacun de ses disciples, Judas en fait partie, le projet de Jésus pour lui est le même que pour les 11 autres.

Échec total encore, parce qu’au contact de celui qui va donner sa vie, ce voleur n’apprendra jamais la générosité et ses vertus, mais il restera dans sa misère intérieure et s’y perdra. La fin de vie de Judas n’est encore qu’un autre échec, que Jésus devra supporter.

Nous préférons tellement l’image du Dieu qui réussit tout, partout, tout le temps. C’est bien vite oublier que le jeune homme riche ne s’est pas converti, bien qu’il ait eu affaire à Jésus, que la famille de Jésus ne l’a jamais accepté comme tel pendant les 3 ans et demi de son ministère terrestre, et que dans sa propre ville il était méprisé. Et que dire de la croix ? Où sont les Bartimée, la femme Syro-Phénicienne, le père de l’enfant lunatique, les 10 lépreux, le capitaine romain et son fils, Jaïrus, sa femme et leur fille ? Pas de trace ! Sans doute ignoraient-ils, pour la plupart d’entres eux le drame qui se jouait, mais tout de même !

Jésus est le Dieu qui a connu l’échec et qui peut vous comprendre, vous qui êtes en train de traverser le même terrible désert. Si cela n’avait pas été le cas, comment pourrait-il vous aider et m’aider maintenant ? L’échec fait toujours mal !Ne restez pas seul avec votre échec, parlez-en à ce Dieu-là, lui vous comprend, et a les clefs pour surmonter votre échec !

 Samuel Foucart